Coudre une robe en maille élégante avec les patrons de Charlotte Jaubert

Charlotte Jaubert robe maille Saigon

La robe en maille est à la mode et on adore ça car, c’est pour moi, le meilleur moyen d’allier confort et élégance. Surtout en hiver quand il est difficile de rester chic derrière ses bottes et sa doudoune. C’est donc à mes yeux un indispensable du dressing de saison et c’est pourquoi j’ai eu envie de tester pour vous les patrons de robe en maille proposés par Charlotte Jaubert.

Les robes en maille de Charlotte Jaubert

Charlotte Jaubert est incontestablement la reine du jersey, du lycra et de la lingerie. Les matières extensibles n’ont aucun secrets pour elle et on ne peut donc que lui faire confiance quand on parle de robe en maille.

Très connue pour son univers artistique ultra féminin et ses ouvrages sur la couture lingerie et sportswear, Charlotte propose sur son site de nombreux patrons de body, maillot, culotte et soutien-gorge. Beaucoup sont d’ailleurs de vrais best seller et on ne peut pas parler de couture lingerie sans les évoquer. Car quand on achète l’un de ses patrons on est certain d’avoir un modèle très travaillé, un patron de grande qualité et un livret d’explication soigné. Charlotte a définitivement rendu la couture de la maille accessible tout en proposant des modèles extrêmement féminins et travaillés.

Il y a quelques semaines Charlotte a décidé de proposer les patrons de ses best seller bodys, en version robe. Autant vous dire que nous sommes nombreuses à avoir craqué pour ces nouveaux modèles de robes qui épousent délicatement nos formes féminines pour les sublimer et les mettre en valeur.

  • La robe Gashina : une robe effet crayon, fendue dans le dos et à encolure carrée. Rétro et sexy.
  • La robe Amoroso : une robe midi confortable avec un décolleté V et une ouverture dos nu. Moderne et confortable.
  • La robe Baila : une robe ultra féminine avec manches bouffantes, décolleté cache coeur et fente sur le devant de la cuisse. Elégante et chic.
  • La robe Saigon : C’est définitivement ma préféré car elle est tout à la fois. Une robe fendue sur le devant de la cuisse qui sublime la jambe et apporte un côté sexy; une découpe princesse qui vient donner de la structure pour un effet robe crayon des plus élégant et chic; enfin un empiècement foulard qui vient draper la tenue, souligner la taille et apporter une bonne dose de féminité à l’ensemble. Inutile de vous dire que c’est ce dernier modèle que j’ai choisi de réaliser pour mon test.

Chaque patron est disponible à l’unité mais si vous êtes fan de robes en maille vous pouvez également opter pour le pack complet avec les 4 patrons inclus.

La maille Beauregard de Torretto Tessuti

Pour le tissu je n’ai pas été très créative. En voyant la version de Saigon réalisée par Charlotte Jaubert dans la maille jersey Beauregard de Torretto Tessuti, j’ai littéralement craqué et même en cherchant l’inspiration ailleurs je n’ai pas trouvé meilleur combo. J’ai donc suivi le choix de Charlotte et j’ai bien fait car, quand j’ai reçu le tissu, j’ai découvert un jersey vraiment sublime avec un drapé à tomber par terre et suffisamment lourd pour lui donner un très beau tombant. Il a aussi un petit effet brillant et satiné qui le rendent soyeux, lumineux et vraiment précieux. Idéal pour une tenue chic.

Au début je pensais qu’il allait être très fuyant sous la machine à coudre mais en réalité il est très facile à travailler et tendre à la découpe. Il est vraiment parfait pour la robe Saigon ou pour la couture de lingerie d’autant plus qu’il est bi-stretch (extensible en longueur et largeur) avec un bon taux d’élasticité. En effet la robe Saigon nécessite entre 40 et 60 % d’élasticité.

Le patron recommande 2,35 m de tissu mais de mon côté je n’ai eu besoin que de 2 mètres alors que j’ai commandé 2,50 m. Mais je compte bien utiliser le restant pour me réaliser un ensemble de lingerie. ❤️

Côté fourniture, j’ai également eu besoin de :

  • 2 mètre d’élastiques lingerie de 0,6 cm de large (pour l’encolure)
  • 1 aiguille machine Stretch 80
  • Fil assorti

Le Patron de la robe Saigon

Concernant la taille, j’ai décidé de réaliser la taille 34 en suivant le tableau des tailles et je dois dire que le résultat tombe parfaitement bien. Comme toujours, les patrons de Charlotte taillent très bien et le livret d’explication donne pas mal d’indications pour modifier le patron et l’adapter à sa morphologie. Je dois dire que j’avais un peu peur car mes petites hanches sont un peu plus larges que les mensurations du modèle et comme la différence était légère je n’ai pas pris le temps de faire d’ajustements mais au final je ne me sens pas du tout à l’étroit.

J’ai aussi pris peur lors de l’essayage avant la pose de l’élastique d’encolure car la robe était assez large au niveau des épaules. Team « frêles épaules » levez la main 🤚🏻. Mais plus de peur que de mal, il faut juste tendre un peu plus son élastique pour bien résorber l’excédent de tissu.

Important à savoir : Si vous n’êtes pas habitués à la couture de lingerie, sachez que les marges de couture incluses dans le patron sont de 0,8 cm. C’est souvent le cas sur les patrons de maille qui peuvent être quasi intégralement cousus à la surjeteuse. La surjeteuse permet en effet de réaliser des coutures et surjets avec des marges de 0,4 cm ou 0,6 cm et les 2 mm restant sont rasés par le couteau de la surjeteuse.

Le montage

Comme je vous l’avais expliqué lors de mon dernier article sur la robe divine, les livrets d’explications des patrons de Charlotte Jaubert sont très bien faits et rendent la couture beaucoup plus accessibles aux débutants. Cependant, la robe Saigon nécessite à mon avis à minima un niveau de couture intermédiaire. En effet la couture d’une maille bi-stretch n’est pas simple à la machine à coudre et requiert un peu d’entrainement. Il n’y a pas à dire la surjeteuse facilite grandement la couture de ce type de pièces. Pareillement la pose de l’élastique d’encolure façon lingerie peut s’avérer un peu délicate si on en a jamais posé auparavant. Enfin, à certains endroits de la couture, il faut gérer un grand nombre d’épaisseurs, notamment à l’endroit du dessous de bras, là où est positionné la pièce de foulard. Je ne recommanderai donc pas ce modèle à un débutant en couture ni même à un débutant en couture de maille. Je pense qu’il faut avoir déjà cousu quelques pièces simples en jersey pour se lancer dans ce projet de robe Saigon.

La partie la plus technique est probablement la pose de l’élastique d’encolure pour obtenir une belle finition lingerie. Le patron propose 3 méthodes :

  • la pose de collectage avec élastique ou laminette
  • la pose d’élastique à picots
  • la pose d’élastique simple

J’ai choisi la dernière option. Dans cette méthode :

  1. On pose l’élastique sur l’envers du tissu et on le fixe au point zig zag (largeur 5 mm – longueur 2 mm) en le tirant avec une tension constante sans tirer sur le tissu (pour ma part j’ai mis un scotch 2,5 cm en dessous de ma plaque à aiguille et je tirais constamment mon élastique à partir du bas de la plaque à aiguille jusqu’au scotch).
  2. Puis on fait un rentré de couture d’environ 0,8 cm tout autour de l’encolure pour enfermer l’élastique dans le tissu et faire en sorte qu’il ne se voit plus.
  3. Enfin on fixe ce rentré au point zig zag en plaquant bien le tissu pour éliminer les fronces et en tirant moins que lors de la première étape.

J’ai utilisé le surjet 4 fils de ma surjeteuse pour presque l’ensemble de la couture sauf pour l’ourlet et la pose de l’élastique d’encolure. L’ourlet du bas a été réalisé au point droit de ma machine à coudre.

Le Mot de la Fin

J’ai littéralement adoré coudre cette robe en maille Saigon et je suis définitivement convaincu par les nouveaux patrons de Charlotte Jaubert. Je ne doute pas que je testerai prochainement les autres modèles de sa collection. Mais pas tout de suite car je suis actuellement en plein projet robe de fête et vous savez quoi ? Il s’agit également d’une robe en maille. Saurez vous deviner le patron et la créatrice ?!

Un commentaire sur “Coudre une robe en maille élégante avec les patrons de Charlotte Jaubert

  1. Bonsoir Audrey, fin d’une journée intense et je me délecte de ton article! J’avoue ne jamais avoir cousu de tissu maille mais surtout car ma surjeteuse n’ est pas terrible. Je trouve que le modèle te met très en valeur! Et alors le combo avec le pull et bottines est vraiment sympa. Je vais au CSF cette année et j’ espère pouvoir y trouver les kits lingerie de Charlotte Jaubert. Belle soirée

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s