Je couds un ensemble en tweed inspiration Chanel

Ensemble Tweed inspiration Chanel

Nous sommes nombreuses à regarder les défilés haute-couture et à rêver secrètement de porter leurs très beaux modèles. Mais pour beaucoup d’entre nous il faudrait économiser plusieurs mois, plusieurs années, voire même toute une vie pour pouvoir s’offrir une pièce haute couture. De mon côté, cela fait au moins deux décennies que je rêve d’un ensemble Chanel. J’ai parfois été proche de craquer… mais à chaque fois la raison m’a rappelé que mon argent devait trouver plus sage investissement. Lasse d’attendre ce moment, et loin de moi l’idée de vouloir égaler la qualité de ces maisons prestigieuses, j’ai décidé de prendre mon désir en main, de mettre mes talents de couturière à profit et de me coudre cet ensemble inspiration Chanel qui me fait de l’oeil depuis trop longtemps maintenant.

Le Modèle

Pour réaliser cet ensemble, je n’ai pas été cherché bien loin car j’avais déjà en tête depuis un moment l’idée de réaliser un ensemble en partant de la Veste Dahlia et de la Jupe Hortense du livre « Ma garde robe Bohème Chic » de Charlène Plaut alias Cha’s Hands. J’avais déjà consacré un article à la Jupe Hortense que j’avais réalisé l’été dernier. J’adore cette jupe style seventies légèrement trapèze. Comme je le disais il y a quelques mois sur le blog, c’est la coupe parfaite qui convient à quasiment toutes les morphologies car sa longueur mini allonge les jambes et sa taille haute souligne la taille sans marquer les hanches. Sans oublier le petit détail des rabats de poches qui donnent un style très sophistiqué à cette jupe.

Je suis tout aussi fan de la veste Dahlia. Sur cette veste on retrouve les éléments classiques des ensembles Chanel : des manches froncées et rehaussées, des patte d’épaules, des poches plaquées arrondies ainsi qu’une encolure ronde. Le tout dans une coupe cintrée très dynamique et moderne. De plus elle est suffisamment courte pour ne pas masquer les jolis détails de la jupe. C’est définitivement la veste à avoir dans son dressing car elle habille n’importe quelle tenue.

Les deux pièces se portent donc très bien ensemble pour un effet waow mais peuvent parfaitement se porter de façon dépareillées. Par exemple j’aime porter la veste sur un legging en cuir noir ou sur une paire de jeans pour un style très rock. J’adore aussi mettre cette jupe avec un col roulé, des collants en laine et un manteau long dans un esprit plus cocooning chic.

Le Tissu et la Mercerie

Quoi de mieux pour réaliser cet ensemble qu’un tissu provenant d’une maison de haute-couture. Je ne révèlerai pas le nom du créateur mais je pense que vous l’aurez deviné. Car oui ! En me baladant dans les rues d’Athènes il y a quelques mois, j’ai fait la rencontre de Seta Era, un vendeur de tissu incroyable qui a dans sa boutique quelques belles pépites dont des rouleaux de tissus de grands créateurs. Comme vous le savez aujourd’hui les marques n’ont plus le droit de détruire les vêtements ou matières premières de leur stock, elles doivent impérativement leur trouver un usage. C’est pourquoi, elles proposent à des revendeurs d’acheter leurs tissus non utilisés ou considérés comme défectueux. Et quand on parle de maisons prestigieuses, une simple défaut dans la couleur peut être considéré comme suffisant pour se débarrasser de tout un stock de tissu. C’est comme ça que j’ai pu au coeur d’Athènes trouver ce magnifique Tweed signé du grand C.

Ce fut l’amour au premier regard. Toutes ces couleurs magnétiques qui s’entremêlent m’ont littéralement hypnotisées. Jaune, Orange, Rouge, Rose, Violet, Bleu, Vert… Toutes les nuances de l’arc-en-ciel sont parsemées sur ce fond cuivré et or qui apporte un chic de dingue à cet ensemble.

Si ce tissu est absolument incroyable, je dois dire qu’il est aussi fragile que beau. C’est une véritable misère à travailler : chaque fil bouge, il s’effiloche énormément et c’est aussi un tissu qui peut se déformer dans le temps. J’ai donc passé un long moment à réfléchir à la bonne méthode pour sécuriser les pièces après la découpe, faciliter l’assemblage et consolider l’armure du tissu. Car quand on coud ce genre de pièces dans ce genre de tissu, on aimerait pouvoir le garder très longtemps. Après concertation avec une amie couturière, j’en ai conclu qu’il fallait que j’entoile l’ensemble des pièces avec un thermocollant tissé ultra-fin et souple. Elle m’a d’ailleurs aidé à choisir l’entoilage pour qu’il soit le plus fin possible et ne vienne pas trop rigidifier le tissu. Une fois chacune des pièces entoilées, je les ai surjetées une à une. La préparation a donc été très longue mais je ne regrette pas car quand je vois la qualité du résultat, je n’aurai pas pu espérer mieux.

Le livre « Ma garde-robe bohème chic » recommande 1,5 mètre de tissu pour la veste et 1 mètre pour la jupe en 1,40 mètre de laize. Mais en étant astucieuse avec mon plan de coupe je n’ai eu besoin que de 2 mètres de tweed. Ce qui est vraiment raisonnable pour un ensemble.

J’ai également eu besoin de :

  • 2 mètres d’entoilage thermocollant ultra-fin,
  • 1,5 mètre de doublure en satin de soie,
  • 4 boutons anciens de diamètre 20 mm,
  • 1 zip invisible de 20 cm,
  • du fil de polyester assorti,
  • 1 aiguille universelle de taille 80.

Ce projet est définitivement mon projet le plus couteux. Entre le tissu et la mercerie que j’ai choisie pour sa qualité supérieure, j’en ai bien eu pour 250 €. Ça calmera gentiment ceux et celles qui pensent que coudre est bon marché. Mais en même temps si j’avais acheté un tel ensemble sur-mesure chez un couturier avec des finitions mains, je pense que ce budget serait facilement multiplié par 3 ou 4. Je vous laisserai donc le soin de vous faire votre propre opinion sur le sujet.

Le Patron de la veste Dahlia et de la Jupe Hortense

En ce qui concerne les patrons, j’ai choisi de réaliser la taille 34 qui correspond à mes mensurations. Ayant déjà réalisé des modèles du livre « Ma garde-robe bohème chic » et notamment la Jupe Hortense, je n’étais pas très inquiète sur le tombé et j’ai simplement réalisé une toile pour la veste. Comme tout tombait parfaitement, je n’ai fait aucune modification de stature.

Par contre, comme j’ai stabilisé toutes mes pièces avec entoilage, il était impératif que je double la veste et la jupe. Le patron de la doublure n’étant pas inclus dans le livre, j’ai du le réaliser en partant du patron de base mais c’est vraiment très simple. Pour la veste, il suffit de recopier le patron des manches, le patron du dos et le patron du devant en prenant soin de bien soustraire au dos et au devant les pièces de parementure. Sans oublier d’ajouter 1 cm de valeur de couture au niveau de l’encolure et des milieux devant car ils seront à assembler avec les parementures. Pour la jupe, c’est encore plus simple avec la ceinture montée, il faut simplement recopier les patrons du dos et du devant.

Le tweed étant relativement fragile, l’entretien se fait exclusivement au nettoyage à sec. Il n’est donc pas nécessaire de laver son tissu avant la découpe. Je l’ai simplement étendu toute une nuit pour qu’il se défroisse un peu. Je vous conseille également d’utiliser une patte mouille pour le repassage. C’est encore plus vrai si, comme moi, votre tissu contient des fils dorés métalliques.

L’assemblage

L’assemblage est vraiment très simple et largement facilité par le livre de Charlène qui est très bien expliqué notamment grâce aux pas à pas photos qui accompagne chaque instruction. Pour celles et ceux qui souhaitent se lancer dans la réalisation de cet ensemble, sachez que le niveau de couture est relativement simple en soit et que c’est un excellent projet pour les personnes qui ont déjà réalisées quelques vêtements simples et souhaitent passer au niveau supérieur avec une première veste par exemple. Vous y apprendrez à :

  • poser une parementure au niveau de l’encolure et du milieu devant,
  • réaliser des poches plaquées,
  • donner du volume à une manche grâce aux emmanchures froncées,
  • réaliser des boutonnières,
  • poser un zip invisible.

Vous y apprendrez aussi à ganser les marges de couture avec du biais ce qui est très pratique lorsque l’on démarre en couture et que l’on ne dispose pas d’une surjeteuse.

Si vous réalisez ici votre première veste, je vous conseille de vous entrainer sur un tissu simple et facile à travailler. Car il est certain que si vous souhaitez réaliser cette cousette dans un tissu précieux, avec une doublure et éventuellement des galons, un peu de patience et d’expérience vous seront nécessaires. Mais pas de panique c’est en essayant qu’on apprend!

À titre d’information, pour l’assemblage j’ai réglé ma machine sur une longueur de point de 2,5 cm. Toutes les coutures d’ourlet ont été réalisées à la main afin de ne pas avoir de coutures visibles et d’enfermer discrètement la doublure dans mon ourlet. Et j’avoue que c’est agréable d’avoir une jupe doublée dont la doublure reste en place sans avoir à la remettre en place toutes les 5 minutes.

Le Mot de la Fin

Ce que j’adore avec le tweed c’est son intemporalité, comme si le temps n’avait aucune prise sur lui. Si vous fouinez dans les gardes-robe de vos grands-mères ou dans les frip’ vintage, alors vous trouverez certainement une petite veste en tweed en bon état. Avec quelques retouches, un peu de customisation et les bons accessoires, vous aurez une veste quasi neuve qui rendra jalouse toutes vos amies. C’est ici l’essence même de la transmission et de l’héritage. Alors mettez du tweed dans vos dressings, je vous garanti qu’il sera encore là dans 20 ans.

7 commentaires sur “Je couds un ensemble en tweed inspiration Chanel

  1. J’adore!!! L’ensemble est canon!! Merci pour tes articles détaillés, je les lis avec attention à chaque fois, en notant dans un coin de ma tête tes bons conseils

    J’aime

    1. Merci 1000 fois Elisabeth pour ton commentaire. C’est toujours un plaisir de recevoir tes retours super encourageants sur mes articles. Je te souhaite un excellent week end de Pacques. 🙂

      J’aime

    1. Il me semble avoir utilisé une aiguille universelle de taille 80. J’avais regardé sur internet et ils indiquaient que les aiguilles universelles convenaient très bien. Par contre il est possible que si ton tissu n’avance pas ce soit du à l’entrainement de la machine. De mon côté j’ai renforcé tout mon tissu avec une triplure et du coup la machine entrainait mieux que sans la triplure.

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s