Pantalon Archibald – Miour Amour

Vous l’avez aperçu lorsque je vous ai parlé de ma blouse rose, il est temps que je vous parle de ce pantalon. Le pantalon c’est la pièce qui me demande toujours le plus de recherches. Trouver le bon patron, la coupe adaptée à ma morphologie et le tissu avec le meilleur tombé est toujours un challenge. Et parfois quand je pense avoir trouvé le modèle parfait, je suis déçue par la toile et je dois relancer mes recherches. Alors quand je trouve le patron parfait, que le tombé est impeccable et que la marque est nouvelle sur le marché, je n’ai qu’une hâte c’est vous en parler. C’est pour cela qu’aujourd’hui je suis toute enjouée de vous retrouver ici et de vous révéler les secrets du Pantalon Archibald de Miour Amour.

Le Modèle

Tout a commencé avec la découverte des pantalons larges de la collection Elie Saab Printemps Eté 2021. Les coupes de leurs pantalons sont tout simplement splendides et particulièrement leurs pantalons à pinces ou plis. J’ai donc eu rapidement l’envie d’un Palazzo à jambe très larges. Après quelques heures de recherche sur la toile j’ai tout d’abord sélectionné le patron 308 de DP Studio et le patron 1620 de Vogue. Mais en découvrant la série The Serpent sur Netflix mon idée a évolué et je me suis mise à rêver d’un Palazzo rétro. J’ai donc relancé mes recherches et je suis tombée sur le Pantalon Archibald de Miour Amour. Il m’a immédiatement tapé dans l’oeil. Sa taille haute et ses jambes larges allongent la silhouette et met en valeur les courbes féminines. Sans oublier sa ceinture large pointée sur le devant et ses poches italiennes finies en triangle qui accentuent l’effet rétro. Je ne connaissais pas cette jeune marque de patrons mais les très belles photos de présentation du modèle m’ont convaincu à tenter l’aventure.

Le Tissu

Pour le tissu, j’ai décidé d’utiliser le deuxième coupon que la Mercerie Caréfil m’a très gentiment envoyé: une magnifique Viscose Jaune Ocre à fins liserés argentés. Quand j’ai découvert ce tissu sur leur catalogue, j’ai littéralement craqué sur la couleur et instinctivement imaginé d’en faire un pantalon. Le grammage étant de 180 g/m2 c’est parfait pour ce type de projets et comme il contient de la polyamide il est donc très résistant et légèrement extensible. De quoi apporter du confort et mettre en valeur les courbes féminines.

Mon projet s’est confirmé lorsque j’ai pu enfin toucher cette petite merveille de tissu. J’ai alors découvert une étoffe très douce et fine mais suffisamment épaisse pour en faire un pantalon d’été. Et surtout j’ai adoré son drapé qui permet d’avoir un très beau tombé sur la jambe. Enfin les fines rayures argentées sont vraiment discrètes et donnent beaucoup d’éclat au tissu sans pour autant faire de l’ombre à sa couleur naturelle.

Côté pratique, c’est un tissu qui se froisse très peu et qui est très facile à coudre ou découper. En effet le polyamide donne un peu plus de contenance à la viscose ce qui permet de limiter le côté fuyant (glissant) traditionnel de la viscose. J’ai pour ma part utilisé une aiguille universelle de 70 dans ma machine à coudre ainsi qu’un point droit de 2,5 mm.

Pour réaliser ce pantalon, j’ai également eu besoin d’un zip invisible de 20 cm, d’entoilage thermocollant fin et de fil assorti.

Le Patron

Comme pour tous mes projets couture, et encore plus avec les pantalons, j’ai pris soin de réaliser une toile pour valider la taille et éventuellement ajuster le patron.

Comme j’ai un peu hésité entre le 34 et le 36, j’ai commencé par faire ma toile dans la taille 36 sans m’embêter à faire les ajustements que je comptais réaliser directement sur mon mannequin. Une fois la toile terminée, elle tombait vraiment très bien et j’ai donc décidé de rester sur cette taille. Jusque là tout va bien.

Sauf que je n’avais pas réalisée que cette jolie viscose ocre était plus extensible que le tissu de ma toile. Aussi, plus j’avançais dans la couture de la version finale et plus j’avais l’impression que mon pantalon allait être grand. J’ai donc finalement augmenté les marges de coutures de 0,5 cm sur les coutures côté et sur les coutures d’entre-jambe (soit- 1 cm sur toutes les coutures sauf au niveau de la fourche). Et avec cet ajustement mon pantalon tombe parfaitement. Comme quoi il est important de faire sa toile dans un tissu aux propriétés similaires à celles du tissu final.

Autre petite touche personnelle, j’ai décidé de ne pas coudre les poches afin de ne pas alourdir la silhouette notamment au niveau des hanches. Et pour être honnête, cela évite de mettre les mains dans les poches, ce qui a la fâcheuse tendance de déformer les pantalons. Pour réaliser cette version sans poches j’ai du compléter le patron de la jambe devant avec le morceau manquant qui se situe sur le bord supérieur gauche du fond de poche dessous.

Au final mon patron contenait 8 pièces :

  • 2 jambes devant
  • 2 jambes dos
  • 2 ceintures devant à couper au pli (dont 1 entoilée)
  • 2 ceintures dos à couper au pli (dont 1 entoilée)

Le patron est disponible en PDF, il faut donc l’imprimer et l’assembler. Mais les calques sur le fichier PDF et les repères d’assemblages sont très pratiques et rendent cette étape moins fastidieuse et encore plus rapide. Précisons également ici que les marges de couture de 1 cm sont incluses dans le patron. Elles n’ont donc pas à être rajoutées et là encore c’est un gain de temps.

Le Montage

Ce pantalon est ultra facile à réaliser. Hormis la pose du zip invisible et la réalisation des pinces, il n’y a aucune difficultés techniques et c’est encore plus vrai lorsque l’on réalise la version sans poches. Il est donc parfait pour les débutants qui souhaitent se lancer dans leur premier pantalon. Ajoutons à cela que le livret d’explications est vraiment très bien fait. Je ne m’en suis pas servie mais j’y ai jeté un oeil et il contient un pas à pas très complet et très bien expliqué avec des conseils et des schémas qui facilitent la compréhension.

Pour résumer les quelques étapes du montage :

  1. On commence par réaliser les 2 pinces devant et les 4 pinces dos.
  2. On coud les 2 devants ensemble par la fourche (faire de même avec les 2 dos).
  3. On assemble le devant et le dos par la couture d’entre-jambe puis par la couture côté gauche.
  4. On coud la ceinture dos entoilée et la ceinture devant entoilée ensemble par le petit côté gauche (faire de même avec la ceinture devant et dos non entoilées).
  5. On assemble les deux ceinture endroit contre endroit par le grand côté.
  6. On assemble le pantalon avec la ceinture.
  7. On pose le zip invisible sur le côté droit du pantalon et on finit la couture côté.
  8. On réalise l’ourlet et on fixe l’empiècement de la ceinture à l’intérieur du pantalon par une couture à la main.

Comme je ne suis pas très fan des ourlets très marqués, j’ai opté pour l’ourlet invisible réalisé à la machine à coudre grâce à mon pied ourlet invisible. Si vous êtes aussi tentés par cette technique voici le tutoriel vidéo de Filoute.

Le Mot de la Fin

Après mon Pantalon Gabin réalisé l’année dernière, cela faisait longtemps que je n’avais pas été aussi fan d’un patron de pantalon. La coupe de ce pantalon Archibald Miour Amour est vraiment très belle et il est tellement confortable que je n’arrête pas de le porter. J’ai déjà pour projet de coudre une version d’automne dans un tissu plus épais. Et pourquoi pas une version vert menthe proche de la collection Elie Saab?! Affaire à suivre !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s