Gilet Tailleur – Couture pour Homme

On ne va pas se mentir, coudre pour mon mari est une chose que j’appréhendais. Non pas par la difficulté de la tâche – mes 4 années de couture intensives me rendaient confiante dans son accomplissement – mais parce que j’ai un mari très exigeant et particulièrement quand il s’agit de mode et de design. Très habitué à porter des costumes de marques renommées, j’étais directement en compétition avec les plus grands. Et c’est certainement pour cela qu’il a fallu que j’attende si longtemps avant de me lancer. Je vous propose donc aujourd’hui de m’accompagner dans la réalisation d’un gilet tailleur pour homme.

Le Modèle

Cela fait longtemps que l’amoureux me demande de coudre pour lui et la liste de ses envies est longue comme le bras. Aussi, quand je lui ai finalement dit que j’avais un peu de temps à lui consacrer, il a fièrement sorti cette liste en pointant du doigt les pièces qu’il désirait impatiemment. Une veste de costume, un manteau en laine, … des pièces complexes qui me faisaient plonger directement dans le grand bain. J’ai donc calmé ses ardeurs et glissé mon regard vers des pièces plus simples espérant rapidement pouvoir remplir sa garde-robe avec des vêtements cousu-main.

Au début, nous nous sommes orienté vers une chemise mais ses très larges épaules, sa taille fine et ses longs bras impliquaient beaucoup trop de modifications du patron pour mon premier apprentissage technique des courbes masculines. Nous nous sommes donc décidé d’un commun accord pour un gilet tailleur. Un moyen pour moi d’apprendre à gérer la large différence entre son tour de buste et son tour de taille, sans avoir à modifier radicalement l’emmanchure.

Ceci dit, il nous fallait encore trouver un patron et, en feuilletant dans mes livres et magazine de couture, nous sommes tombés sur le gilet matelassé du livre « Couture pour Homme » de Guénaël Luong. Même si ce modèle est plutôt pensé par son designer comme une veste d’extérieure, sa coupe plaisait à mon mari et nous imaginions très bien en faire une version gilet tailleur classique. Surtout qu’il avait en tête un tissu en lainage épais et l’inspiration forte de Peaky Blinders.

Le Tissu et la Mercerie

Avant de choisir la matière, je me suis beaucoup documentée sur les tissus tailleur et je ne peux que vous recommander de lire les article de Faubourg Saint Sulpice et Comme un Camion qui accompagnent très bien dans le choix de l’étoffe. Ils parlent notamment des différents lainage, du titrage, du grammage. Et c’est grâce à cet article que nous avons décidé de nous orienter pour de la flanelle ou du tweed. Des matières bruts, authentiques que l’on réserve plutôt à l’hiver.

Malgré la riche sélection de tissus que j’avais faite sur le net, hors de question pour mon mari de commander en ligne. Il avait besoin de toucher la matière pour être certain que ça marcherait avec l’idée qu’il avait en tête. Monsieur l’exigeant était de retour. Nous nous sommes donc rendu chez Stoff & Stil et avons trouvé cette flanelle anthracite que je regrette de n’être que 75 % laine et non 100%. Mais que voulez-vous monsieur avait définitivement fait son choix! Le patron recommandait 90 cm mais comme j’allais faire quelques modifications, nous avons opté pour 1 mètre et c’était juste ce qu’il fallait.

Pour la doublure, nous souhaitions nous rapprocher le plus possible des doublures utilisées par les tailleurs. Notamment parce qu’elles glissent bien et rendent l’enfilage du vêtement plus simple notamment sur les chemises en coton. Nous nous sommes donc orienté vers une doublure en acétate de couleur Bordeaux. Mais je vous avoue que nous avons beaucoup hésité avec le bleu nuit qui avait ma préférence. Le patron recommandait 70 cm et j’ai utilisé environ 80 cm pour faire le gilet de monsieur.

Avant de réaliser ce gilet tailleur, je n’ai pas lavé mes étoffes pour 2 raisons. La première c’est que ma matière principale est à base de laine et que je ne voulais pas qu’elle rétrécisse au lavage. Et la seconde réside dans le fait que les costumes doivent toujours être nettoyés à sec, il n’y a donc aucun intérêt à laver l’étoffe auparavant. J’ai cependant passé un coup de fer vapeur sur l’ensemble du tissu et de la doublure avant la découpe.

Enfin niveau mercerie, voici les quelques fournitures dont j’ai eu besoin :

  • Du fil assorti
  • 150 cm de bande de droit fil
  • 70 cm de thermocollant
  • 5 boutons de 1,5 cm de diamètre

Le Patron

Passons à la partie la plus complexe de cette création, et probablement celle que j’appréhendais le plus, le patron. Pour commencer j’ai pris les mensurations de mon mari qui sont les suivantes :

  • tour de buste ou poitrine : 113 cm
  • tour de ceinture : 97 cm
  • tour de hanches : 107 cm

En croisant avec le tableau de taille du livre, je me suis rendue compte que la plus grande taille, XXL (qui est censée correspondre au 43/44 chemise et 48 pantalon), correspondait aux mensurations suivantes :

  • tour de buste ou poitrine : 104 cm (différence négative de 8 cm)
  • tour de ceinture : 92 cm (différence négative de 5 cm)
  • tour de hanches : 106 cm (différence négative d’1 cm)

Mon mari serait donc plus « large » que la plus grande taille du livre. Ce qui m’a paru très étrange car il porte généralement du 43 en chemise, du 44 en pantalon et du XL en Tee-shirt. Je trouve donc que les modèles de cet ouvrage taillent petit.

Aussi, afin d’avoir une toile que mon mari peut arriver à passer, j’ai décidé dans un premier temps de décalquer la taille XXL et de rajouter 1 cm au milieu devant, au milieu dos, aux côtés devant et aux côtés dos (pour le tissu principal et la doublure). Ce qui me permettait de gagner 8 cm au tour de buste. J’ai ensuite réalisé la toile qui était finalement très grande mais qui m’a permise de mouler le gilet sur le corps de mon mari et j’ai reporté le tout sur mon patron. Sur la base de mes précédentes modifications, j’ai repris le patron des côtés dos et devant et j’ai enlevé 3 cm de la ligne de taille jusqu’au bas du patron et 1 cm sous les bras. J’ai ensuite retracé la courbe des côtés et j’ai reporté cette modification sur la doublure.

Comme mes modifications étaient réparties sur les milieu et côtés du buste, je n’ai pas eu à modifier la position des pinces.

Le Montage

Le montage de ce gilet est assez simple mais il requiert de la patience pour obtenir des finitions impeccables et il contient quelques difficultés techniques comme :

  • La réalisation parfaite des pinces.
  • La pose d’une parementure intégrale.
  • Le dégarnissage minutieux des angles.
  • La réalisation de la poche poitrine.
  • La pose d’une doublure.
  • La réalisation des boutonnières.
  • Les finitions main pour fermer la doublure avec un point invisible.

Je dirai donc que c’est un projet accessible à un niveau intermédiaire en couture. Les photos du livre et les explications sont relativement bien détaillées. Bien qu’un tutoriel vidéo pourrait être intéressant pour rendre la couture de ce gilet encore plus accessible. Cependant, pour celles et ceux qui ont des modifications importantes à apporter au patron, je recommanderait plutôt ce projet à un niveau avancé en couture car il requiert quelques petites connaissance en modélisme. Et l’appréhension du corps masculin est très différente du corps féminin.

De mon côté, je n’ai pas eu de difficultés particulières outre le fait qu’il fallait être très minutieuse pour satisfaire l’exigeant monsieur.

Comme nous avions décidé de réaliser un gilet tailleur classique, je n’ai pas ajouté les 2 poches situées de chaque côté du bas de la veste. Sachez que le modèle original les prévoit. Je n’ai pas non plus surpiqué les bords de la veste ce qui est pourtant prévu dans la version casual.

Pour coudre les boutonnières et les boutons, je vous suggère de marquer les emplacements directement sur monsieur. Cela permettra de régler un peu le problème de bâillement que l’on peut avoir au niveau de la poitrine. Même si ce problème est anticipé lors de la modification du patron, il peut y avoir encore un petit décalage qui est tout à fait normal et qui est généralement caché par la cravate.

Le Mot de la Fin

J’ai adoré ce challenge et dois dire que je me suis prise une grande passion pour la couture tailleur. Je songe donc sérieusement à investir dans les cours d’Artesane sur le sujet. Quand à mon exigeant mari, il a été vraiment impressionné par le rendu final et a adoré participé à la conception. On peut donc dire que le challenge a été relevé et je n’en suis pas peu fière. C’est une grande satisfaction personnelle que d’y être arrivé et de voir mon mari porter ma création avec beaucoup de plaisir. Nous allons donc poursuivre l’aventure avec un pantalon assorti que je vous dévoilerai dans un autre chapitre. Alors à très bientôt pour de nouvelles aventures en couture.

11 commentaires sur “Gilet Tailleur – Couture pour Homme

  1. Superbe travail, ce gilet est très réussi et monsieur parait ravi et fier. C’est vrai que le patronage et les modèles homme sont très peu présents dans la littérature et revues couture mais c’est quelque chose qui m’attire aussi de plus en plus. Je me suis lancée depuis quelques mois dans le patronage d’une cape homme et je me suis aidée notamment de bouquins sur le patronage homme, ça aide un peu à comprendre leur morphologie en couture. Si ça peut te rassurer mon jules est aussi très exigeant sur les textiles et surtout sur leur propriété thermique!! J’attends avec impatience tes prochaines créations « homme »

    J'aime

    1. Coucou Falbala, je suis contente de voir que je ne suis pas la seule à me découvrir une passion pour la couture homme. Quel ouvrage utilises tu pour le patronage ? je suis en recherche de livres sur le sujet. Les hommes cachent bien leur jeu lorsqu’il s’gitarr de vêtements ! 😍😍😍

      J'aime

      1. J’ai utilisé « Le modélisme de mode Coupe à plat et montage Homme » de Teresa Gilewska. Il comprend notamment des chapitres sur les gilets et les pantalons pour tes prochains projets!!

        J'aime

      2. Je trouve qu’il est bien fait avec des schémas techniques et les indications des différentes lignes. J’ai juste utilisé ces questions techniques de construction du buste parce qu’il n’y a pas de modèle de cape dans cet ouvrage. Il traite des gilets, des manches, des chemises et cravates, des vestes et manteaux et des pantalons. C’est assez complet pour le vestiaire homme. Je ne connais pas le manuel Esmod mais en général ce sont des bons bouquins. Il me semble que notre prof de couture avait aussi un bouquin sur le patronage homme. Je vérifierai avec elle lors de notre prochain cours. J’ai aussi un bouquin de modèles basiques et plutôt casual (pas de patronage): La couture au masculin de Toshio Kaneko. Je n’ai pas testé grand chose à part les T.shirts.

        J'aime

  2. Je suis moi aussi très impressionnée par ta réalisation. Tu peux tranquillement rivaliser avec les plus grands. Il n’y a pas de photos du dos du gilet. L’ensemble est-il cousu en flanelle ou le dos est-il en doublure ?

    J'aime

    1. Bonjour Fanfreluche, j’espère que tu vas bien. Le dos du gilet est aussi en flanelle. Monsieur voulait un modèle à porter sans vestes de costume par dessus et comme c’store un modèle d’hiver il préférait quelque chose d’assez couvrant. Mais j’aimerai bien faire un modèle avec le dos en doublure !

      J'aime

  3. Ton article est super, c’était vraiment intéressant de suivre tout ton procédé pour réaliser ton premier projet couture pour homme ! Et le gilet de ton mari est vraiment réussi alors bravo à toi.
    Je ne suis pas encore prête à me lancer dans la couture homme, j’ai encore un peu peur de ces ajustements à une autre morphologie que la mienne mais ton article donne envie de m’y essayer un jour !
    Belle journée à toi,
    Amandine

    J'aime

    1. Bonjour Amandine, je suis contente que mon article te plaise et te motive. N’hésites pas à te lancer dans une toile, tu n’as rien à y perdre et je te garanti que tu vas adorer coudre pour ton homme. Je suis en train de rassembler des références d’ouvrages sur le sujet, cela pourrait peut être t’intéresser ?!😍

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s