VESTE DE TAILLEUR 6375 – BURDA STYLE

C’était un peu le défi de mon année 2020 : réussir à coudre une véritable veste de tailleur. On ne va pas se mentir j’ai mis un bout de temps avant de sauter le pas et c’est de loin le projet le plus difficile que j’ai eu à réaliser en couture. Mais en prenant confiance en moi et en faisant preuve de patience, j’ai vu que j’en étais parfaitement capable. Aujourd’hui, je suis donc fière de vous présenter cette veste qui fait déjà sensation auprès de mon entourage.

Le Modèle

Comme ce n’est pas le type de projet dans lequel on se lance tous les week- end, je souhaitais trouver un modèle qui me convienne vraiment. Et pour ça j’avais quelques critères en tête:

  • Il fallait qu’elle soit suffisamment habillée pour que je puisse la porter dans mon environnement professionnel ou lors d’un évènement particulier.
  • La coupe devait se marier avec des pantalons cigarettes, larges ou tailles hautes; mais aussi avec des jupes crayons ou des robes droites.
  • Je voulais également un modèle qui marque bien la taille et qui soit assez long. J’ai quelques vestes courtes dans mon dressing mais je ne les mets jamais. A l’opposé je porte énormément toutes mes vestes qui arrivent en dessous des hanches.

Vous imaginez bien qu’avec tous ces critères la recherche du patron parfait ne s’est pas faite en un jour. Au début j’avais repéré le patron de la veste 100 de DP Studio mais quand j’ai voulu passer commande on m’a dit qu’il était en rupture de stock. J’ai donc du poursuivre mes recherches et je suis tombée amoureuse de cette veste 6376 de Burda Style qui matchait avec tous mes critères. Je ne vous cache pas que je me suis tout de même posée quelques questions avant de l’acheter. Non pas que je remettais en cause la qualité des patrons Burda, mais plutôt que j’avais un peu peur de me retrouver avec des explications inabordables. Sur une jupe pas de problème mais sur une veste tailleur avec probablement quelques techniques inconnues il fallait y réfléchir à deux fois. Au final j’ai laissé une chance à ce patron en me disant que, si je trouvais cela trop complexe avec ma toile, je pourrais toujours relancer mes recherches de la veste parfaite.

Ce modèle de veste possède 2 versions :

  • La version A qui est longue et affiche un col châle. Elle a un petit aspect Smoking.
  • La version B qui est plus courte et possède un col droit intégré pour un style un peu plus sport.

J’ai choisi de réaliser la Version A. Afin d’obtenir une taille bien marquée, le modèle est composé de beaucoup de découpes. Il est notamment coupé au niveau de la taille pour créer une basque qui descend jusqu’en dessous des hanches. La coupe correspond donc tout à fait à ce que j’avais en tête.

Le Tissus, Le Métrage et les Fournitures

Si j’ai passé du temps à trouver le patron, mon choix de tissus aura été très rapide. Je me suis dit que quitte à passer du temps à concevoir une veste tailleur, autant qu’elle puisse créer un ensemble avec mon pantalon Septembre créé il y a quelques mois. J’ai donc choisi de la réaliser dans le même tissus. Il s’agit d’une étoffe de laine vierge Super 150 Camel que j’ai déniché chez Ohlssons Tyger.

J’aime beaucoup cette couleur Camel qui passe très bien avec mes pantalons, jupes et robes noires. J’ai même essayé sur un jean et c’est super canon. Ça change de toutes les vestes noires et marines dont mon dressing est déjà bien équipé.

Pour la doublure de cette veste, je n’ai pas innovée en optant pour un polyester classique beige doré de chez Ohlssons Tyger. J’avoue que ce n’est pas très original et pas hyper clean en terme de composition mais ça a l’avantage d’être peu cher et le tissus principal de la veste avait déjà largement épuisé mon budget couture du mois.

Concernant le métrage, les patrons Burda contiennent un tableau de métrage par taille et version. Pour ce qui est de la version A, celle que j’ai choisie de réaliser, les tailles 34 à 38 demandent la même quantité de tissus c’est à dire 1,90 m de tissus principal (en 140 cm de laize) et 1,55 m de doublure. J’ai pris pour base la taille 34 et cette quantité est tout à fait cohérente. Même s’il me reste quelques chutes, ils sont plutôt intelligents dans la manière d’agencer les pièces sur le tissus. Un Schémas de coupe est, en effet, proposé pour nous faciliter la tâche.

A côté de mon tissus principal et de ma doublure, j’ai également eu besoin :

  • d’entoilage thermocollant G740. Comme il s’agit d’une veste tailleur, il est important d’avoir un entoilage tissé pour tissus d’épaisseur moyenne. Pour bien définir le type d’entoilage dont j’avais besoin, je me suis aidée de cet article.
  • de 8 boutons
  • de 2 épaulettes pour veste

Le Patron, La Toile et Les Modifications

On arrive à une étape cruciale, celle de la toile. Et sur ce type de pièce, il est vraiment indispensable d’en faire une. Comme je l’ai dit précédemment, c’est un projet long qui nécessite de la patience. Même si elle nous demande du travail supplémentaire, la toile est au final un vrai gain de temps pour ajuster le patron, le valider et appréhender d’ores et déjà des étapes de montage complexes. C’est également un gain d’argent notamment lorsque l’on utilise un tissus tailleur.

Ici j’ai procédé de manière méthodique.

  1. Choisir la taille à réaliser : Un patron de veste tailleur est plus complexe qu’un patron de blouse ou de jupe. Au lieu d’avoir 3 mensurations principales, ici nous avons 12 mensurations à contrôler (Stature/Tour de Poitrine/Tour de Taille/Tour de Hanches/Longueur de Manches/Longueur Côté Pantalon/Longueur interne de Jambe/Longueur de dos/Largeur des épaules/Tour de Bras/Profondeur de Poitrine/Longueur Taille Devant). Si vous vous lancez dans un tel projet, je vous conseille de vous faire aider pour la prise de mensures qui est impossible à faire seule si on veut faire les choses bien. J’ai noté toutes ces mesures sur un papier et j’ai surligné sur le tableau de mensurations du patron, pour chacune d’elles, celles qui se rapprochaient le plus des miennes. Puis j’ai regardé la colonne où il y avait le plus de fluo et j’ai ainsi défini la taille de base sur laquelle j’allais travailler. Pour moi ce sera le 34.
  2. Décalquer le patron : Une fois la taille choisie, j’ai décalqué toutes les pièces dans cette taille 34 sans chercher à faire de modifications car je ne voulais pas perdre du temps à modifier le patron, en sachant que j’allais re-modifier ma toile derrière. Le patron Burda est plutôt bien fait, contrairement à ce que j’imaginais. Il contient toutes les lignes de poitrine, taille et hanches, qu’il faut reporter sur le patron et la toile. Elles vont nous faciliter la tâche lorsque nous voudrons ajuster notre patron. Il y a également beaucoup de repères dont des numéros qui indiquent la couture concernée dans les étapes de montage. Très pratique pour ne pas être perdue dans toutes les pièces qui sont ici en nombre important.
  3. Découper la toile : J’ai ensuite découpé ma toile uniquement pour le tissus principal car, premièrement, je n’ai pas besoin de doubler ma toile et, deuxièmement, je pourrai parfaitement adapter ma doublure une fois la toile du tissus principal ajustée. Les patrons Burda ne contiennent pas de valeurs de couture, il faut donc les rajouter mais tout est parfaitement indiqué dans les indications.
  4. Préparer mon mannequin : Le mannequin n’est pas indispensable mais il est tout de même bien pratique quand on veut se lancer dans l’ajustement d’une veste. Surtout pour ajuster au niveau de la nuque et des épaules, c’est souvent à cet endroit qu’un pli disgracieux se forme. Du coup, j’ai adapté mon mannequin à mes mensurations pour avoir une version de moi-même à disposition. (Comme je parle souvent toute seule lorsque je crée, la présence de cette version bis de moi était fort agréable. Ça ne me rend pas moins folle, mais ça m’apporte au moins un peu de compagnie).
  5. Assembler la toile : Pour cette toile, pas besoin de faire de finitions, de surjets, d’ourlets et de tralala… L’idée est jute de voir où il y a des ajustements à faire et de redessiner le patron. J’ai donc assemblé grossièrement tout en respectant bien les lignes de couture. Au fur et à mesure de mon assemblage, je contrôlais que tout tombait bien sur mon mannequin de manière à mouler le patron, ce qui m’a permis d’ajuster tout du long. Du coup j’ai un peu cousu-décousu mais au moins j’étais certaine d’avoir quelque chose qui corresponde à mes mensurations. D’où l’intérêt de faire une toile dans un point large ce qui facilite le travail lorsque l’on doit découdre.
  6. Ajuster le patron : Une fois ma toile validée, j’ai noté toutes les coutures sur ma toile à l’aide d’un crayon et d’épingles. Puis je l’ai décousue et ce sont les pièces de ma toile qui ont constituées mon patron. Je m’en suis servie également pour adapter les pièces de la doublure.

Comme j’ai travaillé petit à petit en moulant le patron à mon mannequin, je serai bien incapable de vous donner la liste précise des modifications apportées. Ce qui n’aurait pas trop d’intérêt car nous sommes toutes uniques et une modification qui me conviendrait, ne vous conviendrait peut être pas forcément. Par contre, je peux vous dire que le patron est assez bien coupé car je n’ai pas eu à enlever de gros morceaux de tissus ou à reprendre intégralement les lignes de couture. Voici quelques ajustements que j’ai fait et cette liste n’est pas exhaustive :

  • J’ai ajusté un peu au niveau de la taille car j’ai une taille très marquée;
  • J’ai remonté un peu les épaules et enlevé quelques centimètres au niveau de la nuque et du haut du dos. Ceci car j’ai des épaules fines et je ne souhaitais pas que la veste me fasse une carrure très large;
  • J’ai raccourci un peu les manches car elles étaient un peu longues.

Petit conseil pour vos toiles, privilégiez vraiment un tissus blanc ce qui vous permettra d’indiquer facilement tous vos repères au crayon de manière visibles.

Descriptif des pièces du patron (en gras les pièces que l’on doit aussi découper dans la doublure):

  • 2 Milieux Devant Supérieur
  • 2 Parementures Devant (à entoiler)
  • 2 Côtés Devant Supérieur
  • 2 Milieux Dos Supérieur
  • 2 Côtés Dos Supérieur
  • 2 Milieux Devant Inférieur
  • 2 Côtés Devant Inférieur
  • 2 Milieux Dos Inférieur
  • 2 Côtés Dos Inférieur
  • 2 Dessus de Manches
  • 2 Dessous de Manches
  • 1 Parementure Dos (à entoiler)
  • 2 Milieux Devant (uniquement dans la doublure)
  • 2 Milieux Dos (uniquement dans la doublure)

Comme vous pouvez le constater, il y a énormément de pièces, 23 pièces dans le tissus principal et 16 pièces dans la doublure. Il est donc essentiel de les numéroter pour ne pas s’y perdre et d’indiquer l’endroit de l’envers.

Avant de vous attaquer au montage, n’hésitez pas à entoiler tous les contours de vos pièces à l’aide d’un ruban d’entoilage. Cela vous permettra de renforcer vos pièces à l’endroit des couture et de rallonger la durée de vie de votre veste.

Le Montage

Le montage de cette veste était un peu ma grande appréhension car j’avais quelques apriori sur les patrons Burda et surtout la qualité de leurs explications. Mais j’ai été assez surprise. Même si nous ne sommes pas encore au pas à pas détaillé en photo, j’ai trouvé les explications plutôt bien rédigées et je n’ai pas eu de difficultés à les comprendre. Alors bien-sûr elles ne sont pas très compréhensibles pour une débutante en couture, mais si on a un peu d’expérience on peut parfaitement les appréhender sans problème. D’ailleurs je ne vois pas quel débutant en couture pourrait s’attaquer à si gros projet.

Le patron contient d’abord quelques paragraphes préliminaires sur :

  • La préparation du patron.
  • L’ajustement du patron.
  • La découpe du tissus et de l’entoilage.

Concernant les explications en tant que tel, elles sont divisés en 17 étapes et agrémentées de schémas assez explicites. Certains points sont tout de même assez techniques et ont nécessité que je m’aide d’autres supports comme :

Il est vraiment indispensable par ailleurs de bien cranter toutes les coutures arrondies et les coins mais aussi de bâtir dans les étapes qui nécessitent précision ou qui sont un peu plus complexes. Enfin n’hésitez pas à prendre votre temps pour fixer de manière invisible les ourlets de manches et de bas de veste.

Pour ce qui est du réglage de ma machine à coudre, j’ai utilisé une aiguille universelle mais j’ai fait quelques tests sur des chutes de tissus pour bien régler ma tension.

Le Mot de la Fin

Au final, j’ai réussi à relever ce challenge et je trouve assez interessant de sortir de sa zone de confort. Ça m’a permis d’apprendre de nouvelles techniques mais aussi de rappeler pourquoi il était si important de respecter certaines règles en couture. Et puis il faut bien avouer qu’à la fin d’un projet comme celui-ci un petit sentiment de fierté m’a envahi. De quoi me redonner confiance en moi !

Du coup pour que, vous aussi, vous vous lanciez ce défi voici mes 10 règles d’or pour réussir sa veste tailleur :

  1. Bien comprendre la structure d’une veste. Et pour cela vous pouvez regarder la masterclass de Bonne Gueule.
  2. Lire toutes les explications du début à la fin ce qui vous permettra de comprendre la structure de votre veste avant de démarrer.
  3. Se faire aider pour bien prendre toutes ses mensurations.
  4. Faire une toile dans un tissus clair et ne pas hésiter à y écrire tout ce qui vous semble nécessaire.
  5. Ajuster son patron et prendre son temps pour découper son tissus dans le droit fil.
  6. Dessiner sur son tissus les lignes de couture, numéroter ses pièces et indiquer l’envers et l’endroit.
  7. Utiliser le bon entoilage et ne pas hésiter à entoiler les bords de chaque pièce.
  8. Bâtir dès que nécessaire.
  9. Cranter les marges de couture des arrondis et des coins.
  10. Faire des pauses pour bien prendre son temps et s’informer dès que l’on a une question.

Si vous respectez ces 10 règles, ne doutez pas que vous viendrez à bout de cet exercice haut la main. En attendant de voir vos réalisations de vestes tailleur, je vous souhaite une très belle journée.

10 commentaires sur “VESTE DE TAILLEUR 6375 – BURDA STYLE

  1. Bonjour Audrey. Quelle beauté ! Cette veste est une formidable réussite. J’adore la forme smoking. Tu aurais même pu faire ton col en satin. Un grand merci pour tous ces liens très utiles. Je n’ai pas encore tout regardé, mais déjà l’article sur les entoilages m’a beaucoup intéressée. Que dire des patrons Burda? Je les aime bien et j’en ai déjà réalisé plusieurs. Cela dit, je ne comprends pas toujours les explications, mais en général au fil de l’exécution, on trouve la solution. Et puis j’ai la chance de pouvoir me faire aider par une prof quand je sèche complètement. Je suis d’autant plus admirative car tu réalises tes beaux projets toute seule.

    J'aime

    1. Coucou Les Serial Piqueuse !Je suis d’accord avec toi, un col en satin aurait été superbe et figures toi que j’y ai pensé au moment de poser le col. Mais j’avais trop hâte de finir cette veste, du coup ce sera pour ma prochaine version qui sera probablement blanche avec le col noir. Et je ferai un pantalon smoking pour l’occasion ! Qu’en penses tu ? Comme tu dis les patrons Burda ont parfois des explications peu compréhensibles, il me semble que c’est dans la traduction que ça pêche ! Mais je m’attendais à bien pire. On ne va pas se le cacher sur un projet comme celui-ci vaut mieux avoir un peu d’expérience en couture alors peut être qu’ils assument que nous sommes à l’aise avec certaines étapes de montage. Au delà de ça ils coupent vraiment très bien et je vais certainement regarder leur catalogue de patron plus souvent !!!!

      J'aime

  2. Coucou,
    ça c’est un article ! et ça c’est une veste !!! tu as bien raison de marquer ta taille et cette coupe est pour toi . ça tombe mieux avec un tissu de belle qualité et pour ce style de projet, il ne faut pas lésiner ! tu es courageuse de faire toujours des toiles, ça me gave . Il faut dire que j’ai appris la couture avec Burda, et à l’époque, on bâtissait et on essayait pour modifier si besoin. C’est pour ça que j’ai eu tant de mal avec les patrons à marges, quand elles sont d’un cm c’est difficile de donner du mou ! Enfin, autre temps, autres moeurs !

    J'aime

    1. Coucou Isa, je suis super contente que mon article te plaise! J’y ai mis tellement de temps pour l’écrire. Pour ce qui est de la toile, je n’en fait pas sur les projets simples mais sur ce projet là, j’avais tellement peur de me tromper que c’est devenu indispensable ! Mon mari n’a même pas compris que la toile servait à valider la coupe, il croyait que j’allais faire ma veste dans un tissus blanc tout gribouillé de crayon papier ! Franchement Burda m’a l’air d’être une bonne école de couture car même si les explications sont vraiment floues par endroit, les patrons sont vraiment bien fait et il y a toutes les lignes de taille, de poitrine, de hanche. Il y a de quoi s’amuser si on a quelques connaissances ! En plus ça m’a permis d’aborder des notions que je n’aurai probablement pas vu sur d’autres marques de patrons plus récentes. Par exemple je ne vois aucun patron où ils conseillent de border les bords des pièces ou les ourlets de ruban d’entoilage…. Je pense vraiment que je vais retenter un patron Burda dans les prochains mois! J’ai acheté le pantalon assorti, pourquoi pas me servir de ce patron de veste pour me faire un smoking blanc. Mon rêve depuis toujours !!! J’espère que tu vas bien et que tu n’as pas trop chaud, j’ai entendu que la France avait un peu chaud ces dernières semaines !!!

      J'aime

    1. Bonjour Shellby, toutes mes excuses pour ma réponse tardive, je n’avais pas vu ton message. Je ne comprends pas vraiment ta question concernant le bas et le col. Je repasse systématiquement toutes les coutures afin de bien les ouvrir et c’est vraiment important lorsque l’on crée une veste. J’utilise aussi la vapeur pour aider à la mise en place des pièces sur le mannequin. Concernant l’entoilage, j’ai entoilé principalement le col et la parementure. J’ai aussi utilisé du biais thermocollant autour de certaines pièces et en bas de manches et de la veste pour donner plus de tenue. Je reste à ta disposition si tu as d’autres questions.

      J'aime

Répondre à Audrey L. Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s